Une alternative agricole avant un label

vision 1

L’agriculture biologique est avant tout une agriculture respectueuse du vivant. Ainsi, nous œuvrons au développement des alternatives agricoles respectant ce principe en y associant une vision globale de souveraineté alimentaire des territoires et de re-construction du lien entre le rural et l’urbain. Afin de préserver les ressources des générations futures, nous souhaitons la prise en compte de l’interaction « sol-végétal-animal » dans la biodiversité sauvage et cultivée.

Convaincus qu’une autre agriculture est possible, nous défendons une alimentation saine et nutritive, diversifiée et de proximité, accessible à tous. De même, pour la dignité des paysans et des artisans, nous revendiquons un travail qui a du sens et des revenus décents par le développement de l’agriculture paysanne et d’ateliers artisanaux à taille humaine.

Nous pensons que l’industrialisation et la financiarisation de l’agriculture et de l’agro-alimentaire conduisent à la destruction de notre écosystème. C’est pourquoi nous refusons l’usage des produits chimiques de synthèse, nanoparticules, OGM… qui rendent dépendants les paysans, mettent en danger les équilibres de la biosphère et compromettent l’existence du vivant.

En Europe, depuis 1991, le règlement européen encadre l’utilisation commerciale du terme « agriculture biologique ». Défendant une autre vision de la bio à travers ses propres cahiers des charges, hors cadre du règlement, Nature & Progrès se voit interdire l’utilisation de ce terme pour parler de sa mention.

Notre projet d’agriculture biologique paysanne entend marier contestation, propositions et alternatives en phase avec les attentes de la société. Notre manière d’être paysan et de produire, notre éthique de consommateur, contribuent à alimenter le débat sur les finalités des progrès scientifiques et techniques.

Nous croyons à un autre modèle agricole, c’est pourquoi nous continuons d’œuvrer chaque jour pour défendre notre vision de l’agriculture bio et paysanne !